Apprends moi à vivre

« Il y a quelque chose dans l'air de New York qui rend le sommeil inutile. » S. de Beauvoir
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Strange Days (Adam Ruswell)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Adam Ruswell
Petit Camé <.3
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 13/05/2011

MessageSujet: Re: Strange Days (Adam Ruswell)   Dim 7 Oct 2018 - 12:03

Dante passa sa tête par la baie vitrée me coupant dans ma conversation. Il m'avertit qu'on devait y aller. Je raccrochais avant de rentrer à l'intérieur. Dante s'était rapproché des petits fours pour en manger. 
-"On ne m'avait pas prévenu que je sortais avec un affamé." lui dis je en l'embrassant sur le front par dessus le canapé. "Tu sais, tu pourras manger la bas." 
J'exquisais un sourire avant d'attrapper à mon tour mon manteau. 
-"Bon, on y va. C'est Teddy qui nous amène, il vient aussi à la soirée. Si tu t'ennuies, tu pourras toujours aller le voir."

Une fois dans l'ascenseur, Dante continua à me poser des questions. On aurait vraiment dit que j'amenais un gosse au parc d'attraction. 


-"Tu feras connaissances avec les gens là bas. Je pense qu'il y a des gens dans ton secteur qui pourront t'intéresser. Quand je dis secteur, je parle de la restauration. Tu ne pourra malheureusement pas être avec moi durant toute la soirée. Je dois discuter affaire avec certaines personnnes en privé. Tu t'amuseras beaucoup plus avec le reste des gens, de toutes les façons. Et pour ce qui est de la présentation, on verra. Ne t'inquiète pas pour ça."

Le trajet ne fût pas long. A cette heure-çi il n'y avait pas beauoup de monde sur la route. Teddy nous fit sortir de la voiture pour aller garer la voiture dans le parking souterrain. 
Nous nous trouvions devant la façade d'un énorme hotel. Une file d'attente se trouvait en façe de la porte. C'était des personnes qui venaient à la soirée de gala pour essayer d'attirer le regard en esperant rentrer dans notre sphère. 
Mon regard survola la foule sans que je ne m'y attarde réellement. Je passais à droite la où se trouvait un homme d'age mur. Il avait les cheveux qui étaient devenu plus grisant par rapport à la dernière fois que l'on s'était vu. Je m'approchais de lui. 


-"M.Philbert. Heureux de vous voir en si bonne forme." Je lui tendis la main qu'il me prit et viens tapoter mon épaule avec son autre main. 

-"Ah M.Ruswell. Quel plaisir. Entrez vite, il fait froid dehors"


-"Merci beaucoup. On se verra dans la soirée." 

Je passais devant lui et je sentis le regard interrograteur du vieil homme lorsqu'il vit Dante. Je me retournais vers lui  et lui fis un sourire amusé. 

-"Autre chose?"

Il baissa la tête en signe de salutation. 

-"Non, M.Ruswell. Bonne soirée à vous aussi." Avant de se retourner vers les autres invités.

J'entraina Dante vers la grande salle. 
-"C'est M. Philibert, un des secrétaires d'un des hommes que tu vas rencontrer. C'est un homme sérieux mais il peut parfois être trop curieux."

Un jeune homme arriva et nous proposa de prendre nos manteaux. Il griffona notre nom sur un carnet et repartit aussi vite. 

Dante semblait émerveillé. Il regardait à droite et à gauche. C'est vraiment que l'intérieur était très bien décoré, très spacieux et lumineux. Les meubles étaient décorés d'un arrangement floral assez sophistique. 

Nous entrâmes dans la salle de gala qui étaient déjà bien remplis. On voyait des couples discutaient ensemble un verre à la main, des femmes se pavanaient devant un groupe d'homme, des hommes essayant de séduire des femmes... 

Plusieurs personnes vinrent me saluer. Dante fit leur connaissance rapidement et nous nous dirigeames vers le buffet. 

Des connaissances me repérent et se frayèrent un chemin jusqu'à moi. 

-"M. Ruswell! Comment allez vous?" C'était un couple suivi d'un autre homme, un de leurs amis. 

-"Bonsoir, Gregory et Mathilde." dis je en faisant un baisemain à la jeune fille. "Très bien. Voici, M. Sertoli, mon compagnon. Dante, voici, M. et Mme. Werner. Ils travaillent pour la société Werner spécialisé dans les médias et la publicité."

Le jeune couple regarda Dante un peu géné puis la jeune femme tendis sa main vers lui avec un grand sourire chaleureux. 

-"Enchantée M. Sertoli. Excusez mon mari et moi. Nous ne savions pas que M. Ruswell était en couple. Il est connu dans le milieu pour être très... solitaire. Il nous a beaucoup aidé afin de faire prospérer notre entreprise. Nous ne pourrons jamais le remercier assez." 

Dante parut se détendre et commença a discuter avec le couple. Je pris deux verres que tenait un serveur quipasser entre les invités et en passait un à mon homme. Je lui soufflais à l'oreille que je revenais rapidement avant de le laisser avec ses nouvelles connaissances. 

Je sortis de la salle pour monter à l'étage. Un homme se tenait debout devant un couloir et m'aperçu. Il fit un signe de tête en guise de salut et continua à inspecter l'escalier. J'entrais dans une salle qui ressemblait à un salon bibliothéque munit d'une cheminée. Quelques hommes se trouvaient là à jouer une partie de billard tandis que d'autres discutaient près de la cheminée un verre à la main. On appellait cette salle "le fumoir". Nous étions tous des hommes d'influences d'une façon ou d'une autre. Que ça soit sur le marché noir ou sur l'économie mondiale. 

-"Bonsoir, Alcide!" Je m'avancais vers l'homme qui se trouvait près du bar. Il m'apercut et me servit un verre de whisky.

-"Adam. Quel plaisir. Ton appel m'a fait plaisir. J'étais impatient de te revoir." 

Alcide faisait aussi parti de la mafia italienne. Un allié ou un ennemi de Dante, me dis-je. C'était un ami de longue date. Nous nous étions rencontré lorsque nous étions jeunes sauf que lui avait fait ses affaires en Italie et moi en Amérique. Il était venu en Amérique parce qu'il suivait son père lors d'un des ses déplacements. Il était resté ici durant deux ans avant de repartir. 

Je pris le verre qu'il me tendait et m'installais sur un des canapés pour poursuivre notre conversation. Quelques heures s'écoulèrent durant lequel on avait parlé affaires avec les autres membres du cercle. Comment prendre plus de parts du marché, s'allier pour faire couler certaines entreprises, d'autres choses et d'autres. Je regardais ma montre et me levais. 

-"Je dois aller rejoindre mon compagnon qui doit s'impatienter en bas." Les gens me regardairent curieux. On se connaissait tous assez bien dans le cercle. Ce n'était pas des amis mais plus comme des alliés qui se connaissaient depuis longtemps. 

-"Tu as un compagnon? Tu n'étais pas porté sur les belles femmes? Tu t'es lassé à force?" 

Je les regardais tour à tour avant de me passer la main dans les cheveux. 

-"Cela nous vous regarde pas vraiment. Mais oui, j'ai un homme et s'il vous intéresse vraiment vous avez qu'à lui parler directement." 

Alcide ne se fit pas prier. Et me passa devant. 

-"J'y vais! Je veux absolument connaitre celui qui doit supporter notre cher ami, l'implacable M.Ruswell"
 
Des rires montèrent dans la salle et la plupart des gens se levèrent. 

-"Et toi? Que devient ta femme?" demandais-je lorsque je fus à sa hauteur. 

Il me regarda en faisant une mimique fatigué.

-"Elle est en bas. Elle doit encore papoté des derniers sacs que j'ai du lui acheter." 


-"Voila pourquoi tu dois épouser un homme. Ca coute moins cher." 

De nouveaux rires se fient entendre autour de nous. 
Alcide fronça les sourcils d'un air songueur. 
-"Tu as raison, c'est pas une mauvaise idée. On échange?" Avant de partir dans un éclat de rire. 

Nous entrames dans la salle et les invités nous regardèrent entrer. Le calme remplit la pièce pendant quelques secondes avant que les discussions reprennent doucement. 

Je vis Dante parlait avec un groupe de personnes. Il me vit arriver suivit de quelques personnes du cercle et resta immobile, le temps que je vienne à lui. Je crois qu'il ne savait pas trop quoi faire. Il paraissait timide, mal à l'aise et pourtant dans son regard je pouvais voir qu'il était à l'affut. 

Je me retournais vers le petit groupe qui me suivait. 
-"Voici M.Sertolli, mon compagnon. Et Dante, voici M.Ferucci, M. Delmondo, M. Carteur, M. Edmund et... ah! Mme. Ferrucci qui vient nous voir. Comment allez vous Madame?" 

La femme me tendit sa main que je pris pour lui faire le baisemain conventionnel. 
-"Très bien. M.Ruswell."

Je vis Alcide s'avancait vers Dante pour l'interroger...Je suppose qu'on y peut rien...
Revenir en haut Aller en bas
Dante Sertoli
Petit Camé <.3
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 12/05/2011

MessageSujet: Re: Strange Days (Adam Ruswell)   Mar 6 Nov 2018 - 13:28

Voilà le plan de la soirée qui change soudainement, ce n’est pas un simple gala pour se divertir, en même temps pourquoi est-ce que j’ai cru une seconde que ce serait le cas ? Dans ces sphères chaque évènement social est une occasion pour renforcer des liens du travail, former de nouvelles alliances, rencontrer de nouvelles personnes qui pourraient nous être utile. Le début de la phrase d’Adam ne m’enchante pas beaucoup, mais après tout, me faire des connaissances qui pourront m’être utiles à moi, moi, et pas mon frère, serait un grand pas pour mon épanouissement personnel. Par contre… Quand il m’annonce qu’il ne sera pas avec moi pendant la soirée, mon visage passe d’un demi-sourire un peu incertain, à un total vide d’expression. Mais ce n’est que le calme avant la tempête, je sens au fond de moi la colère monter. J’ai du mal entendre, il m’invite à le suivre pour notre toute première sortie officielle ensemble, et je ne serai pas du tout avec lui de la soirée ? A quoi ça sert qu’il m’amène avec lui ? Je pensais qu’on avait fait un pas en avant, qu’il avait enfin compris ce que j’attendais de lui. Je ne veux pas de ses relations, je pourrais m’en faire d’autres, plus difficilement certes, mais ce que je souhaite par-dessus tout c’est de passer des moments avec lui. A ce que je vois, encore une fois, on s’est mal compris. Moi qui me faisais une joie d’aller à ce gala, j’ai soigné jusqu’au moindre détail de ma tenue pour ne pas lui faire honte, mais même si j’y allais habillé comme un sac, personne ne saurait que je suis avec lui….

Je suis déçu en mon fort intérieur, mais qu’est-ce que je peux faire maintenant ? Il est presque l’heure et je me suis déjà habillé pour sortir, je ne peux pas le laisser en plan, là, comme ça. Puis m’amuser avec le reste des gens, qu’est-ce qu’il en sait, lui ? Comme si j’allais m’entendre avec tous ces riches alors que je viens de la mafia, où le soir je m’endormais en entendant mon père formuler des menaces très imagées pour obtenir ce qu’il veut.

Teddy nous conduit, et heureusement qu’il y a une tierce personne car au moins j’ai une excuse pour ne pas être bavard. J’ai beau être en colère, je ne refuse pas quand il me prend la main dans la voiture. C’est la première fois qu’il me sort, et même si le planning des festivités ne m’enchante pas, je ne veux pas le décevoir. Si je le déçois, qui sait quand est ce qu’il m’invitera à nouveau à un évènement mondain ?

Nous arrivons, et j’ai fait suffisamment la gueule en voiture pour pouvoir afficher maintenant un sourire sur mon visage. Ça tombe bien, comme ça je fais bonne figure avec Adam devant la file de personnes qui patientent à l’extérieur alors que devant nous le cordon s’ouvre devant nous après quelques mots échangés avec l’agent à la porte. Notre venue cependant semble déjà provoquer quelques haussements de sourcil, j’espère que les personnes à l’intérieur auront plus de réserve, surtout une fois que je serai seul, je n’ai pas envie de finir comme un animal en cage dans un zoo, juste pour divertir la foule. Mais ces pensées alors qu’Adam m’entraine à l’intérieur, on s’occupe de nos affaires. Nous approchons d’une grande porte et mon anxiété et ma colère envers Adam monte en moi, mais une fois que les portes s’ouvrent je suis ébloui par la salle de réception. Le plafond est tellement haut que je me croirais presque dans une église en Italie, je me serai presque donné un torticolis à tourner la tête pour voir les murs tellement la pièce est grande. Puis je vis les gens, plus que ce que je n’imaginais, tous vêtus sur leur 31 et d’un coup d’œil je pouvais voir toute la fausseté qui émanait de la plupart des personnes.

Avant que je ne puisse me rendre compte de quoique ce soit, plusieurs personnes vinrent dans notre direction pour saluer Adam. Je suis mené à serrer des mains quand les gens se rendent comptent que j’accompagne Adam, sans saisir un seul nom cependant, il y a des hommes ainsi que des femmes, leurs femmes je suppose, et il me mène hors de cette foule vers le buffet. J’y jette un coup d’œil rapide : des coupes de champagnes, du foie gras, du caviar, mais rien pour vraiment se remplir l’estomac. J’ai bien fait de cuisiner et manger rapidement un peu. Bon pour l’instant il est encore avec moi, mais je crains le moment où il me laissera seul…. Je finirai surement bourré accoudé au buffet. J’ai à peine attrapé une coupe de champagne que j’entends à nouveau une personne saluer Adam, je laisse échapper un soupir, bois d’un trait la coupe et me retourne pour faire face aux nouveaux arrivants.

Ils saluent Adam, et cette fois ci il me présente en tant que son compagnon, ce qui me flatte un peu et je mets ma main autour de sa taille et m’avance un peu. La femme du couple est la première à me tendre la main et s’excuse pour… Je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que son mari n’a pas tendu sa main vers moi automatiquement ? Je n’arrive pas à discerner si c’est de la pitié, ou si elle est juste polie.

« Mathilde c’est bien cela ? » Merci Adam d’avoir dit à voix haute leurs prénoms, ça m’évite beaucoup de désagréments. « Enchanté, vous n’êtes pas les seuls qu’il a aidé, sans lui je n’aurai jamais eu mon restaurant ! Et pour cela j’essaye de le remercier aussi souvent que possible. » Dis-je en donnant un très léger coup de hanche à Adam. La jeune femme semble amusée tandis que son mari reste de marbre. Elle continue la conversation en me demandant plus d’informations sur mon restaurant. Alors que j’étais en discussion avec la jeune femme, Adam près l’avoir passé un nouveau verre, par-dessus mon épaule il me dit qu’il allait s’absenter un instant. Je tournai la tête pour le voir sortir par une autre porte de la salle. Je suis un peu confus, est-ce qu’il est juste allé aux toilettes ou il s’absente pour ses affaires ? Et surtout combien de temps est-ce que ça allait prendre ?

Je n’ai pas longtemps de me préoccuper de cette question car Mathilde me présente à une de ses amie et la conversation continue d’être alimentée. L’Italie que ces jeunes femmes ont toutes les deux visitées, New-York et la vie dans la grosse pomme, les endroits à voir, où manger, où s’habiller et où sortir. Deux autres de leurs connaissances se joignirent à notre discussion, et après quelques verres et rires, nous abordèrent des sujets plus sérieux, le sexe. Je découvris que certaines étaient au courant que leur mari n’étaient pas fidèles, et elles ne l’étaient pas non plus, d’autres prenaient leur rôle de femme d’homme puissant au sérieux et n’avaient aucune aventures. Mais même avec ces habitudes différentes, le sujet du sexe en lui-même fut largement abordé, et elles parlaient en toute liberté devant moi, m’invitant même à donner mon avis. L’ambiance était légère et nous nous amusions gaiement en sirotant des verres pendant que nos hommes parlaient affaires.

Du coin de l’œil je vis la porte au coin de la salle s’ouvrir, et je remarquai que la salle devint un peu moins bruyante, comme si plusieurs personnes s’étaient tues ou parlaient un peu moins bruyamment. Je me retournai pour voir la source de cette perturbation, c’était Adam accompagné de plusieurs hommes qui rejoignaient la salle principale, leur présence rendit immédiatement l’atmosphère un peu plus lourde.

Cependant j’étais content de revoir Adam, toutes ces femmes sont certes délicieuses, mais après tout il est mon homme et nous sommes venus ensemble à ce gala. Il se dirigeait vers moi, suivi de quelques hommes qui cherchaient leur femme ou devaient vouloir se prendre un verre. Je ne regardais que Adam et je craignais qu’il ne veuille me présenter à tous ces hommes, tous de toute évidence très hétéro alors que je viens de passer un moment très divertissant avec toutes ces femmes.

Il fit les présentations et parmi le lot j’entendis un nom familier. Ferucci, ce nom m’est familier, j’en ai déjà entendu parler lorsque j’étais en Italie. Et apparemment sa femme est aussi présente, je regarde la jeune femme, une brune sulfureuse qui se prend pour la reine d’Angleterre, les jeunes femmes avec qui je discutais l’avaient pointé du doigt légèrement en mettant l’accent sur son caractère irascible et son attitude envers les autres personnes. Tous ces racontars sont confirmés quand je vois Adam se pencher pour lui faire…. Un baisemain ? Ces mafieux qui parce qu’ils sont italiens, peuvent se permettre de se la péter, le respect est quelque chose qu’on gagne, et ce n’est surtout pas quelque chose qui est dû. Je ne peux m’empêcher de lever les yeux au ciel à la vue de cette situation, qui ressemble plus à une farce.

Je remue mes méninges pour me souvenir de quoique ce soit sur cette famille, si j’en ai déjà entendu parler, c’est qu’ils sont soit des amis, soit des ennemis, ça ne m’avance pas tellement. Un jeune homme s’avance vers moi, à sa tenue je reconnais immédiatement la touche italienne, et son visage me revient tout de suite en mémoire. Même si il était plus jeune, il était venu sur notre île avec sa famille pour une visite de courtoisie. Quand je dis courtoisie, ils venaient négocier quelques territoire sur notre île, et mon père avait très gentiment refusé leur offre, qui était- il faut le dire- absolument ridicule. Mais quand je dis gentiment, je veux dire qu’il les as tous mis en joug, et a tué tous leurs hommes de mains et sous-fifres devant leur yeux, mais les as laissé repartir. Cependant, le père Ferucci avait dû conduire sa propre voiture, chose qu’il n’avait plus l’habitude de faire au vu du nombre de fois qu’il a calé. Et à la mine du jeune Ferucci, je pense qu’il s’en souvient également. Mais ils croyaient quoi, qu’on allait les laisser grignoter notre île tel des rats alors qu’on en a la souveraineté ? C’était risible comme offre, ils ont beau contrôler une grande région sur le continent, mais sur l’île, c’est nous qui faisons la loi.

Il tend la main vers moi pour me saluer et dit en italien avec un sourire pernicieux :

- Dante, content de te rencontrer à nouveau.

Les formalités on ne fait pas, surtout pas avec les gens qui ont essayé de nous arnaquer. Je regarde sa main et lui réponds en italien simplement :

- Je ne sais pas si content est le terme approprié.

Il baissa sa main et son sourire narquois disparu pour laisser apparaître un visage plein de colère, et d’une voix assez grave il dit :

- Nous ne sommes pas en Sicile, ce n’est plus toi qui fait la loi ici.
- Et selon qui ? Je ne crois pas t’avoir vu pisser sur les pieds de chaise comme le chien que tu es.


Du coin de l’œil je vis sa femme hausser les sourcils de surprise et faire un pas en avant. Il l’arrête d’un geste de main :

- Je ne savais pas qu’ils avaient envoyé la pédale de la famille en vacances ici. Tu serai mieux en Sicile pour faire bronzer tes fesses.
- A priori ce n’est pas seulement ma famille qui fait ça, tu es bien ici toi aussi non ?
- Je vais te faire regretter chacun de tes mots….


Je haussai un sourcil, la plupart des hétéro manquent d’imagination quand il s’agit d’insulte. Je hausse un sourcil, dans ce milieu il ne faut surtout pas montrer qu’on a peur, sinon on est foutu. Cependant il faut que j’appelle Marco au plus vite pour avoir des informations précises sur ce qui se déroule ici. Apparemment nous ne sommes pas la seule famille à vouloir développer une branche à New-York, et si c’est bien le cas, il faut prendre des mesures au plus vite. Je me tourne vers les gens qui nous entourent tout en leur disant :

- Ce fut un plaisir de tous vous rencontrer mais malheureusement j’ai des affaires qui m’attendent demain matin et je dois vous laisser. Je vous laisse profiter du reste de la soirée.

En disant tout cela je fais bien attention à ne pas poser mes yeux sur le couple, puis je sors du cercle. Malthilde et ses amis se tenaient quelques mètres à l’écart. Je vais vers elles et leur serre la main à toute pour les saluer, et leur rappelle de venir quand elles le souhaitent à mon restaurant et qu’elles y seront mes invitées.
Puis je marche vers la grande porte pour me retourner. Une sortie dramatique est aussi très important, tout est dans l’image que l’on donne. J’espère juste que Adam me suit car sinon je devrais rentrer en taxi. Je tends le papier au vestiaire pour récupérer nos manteaux, et je vis Adam sortir par la grande porte et se diriger vers moi. Cependant il ne semble pas très content.

~~~~~~~~~~~~~~~~
Come ti chiami ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Strange Days (Adam Ruswell)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Shawn Adam Maxime Séregon [Vagabond]
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» I'm PERFECT. [Adam Carter]
» 07. Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde
» Ewen Mac Adam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apprends moi à vivre :: NYC ~ Partie RPG :: Manhattan :: Park Avenue-
Sauter vers: