Apprends moi à vivre

« Il y a quelque chose dans l'air de New York qui rend le sommeil inutile. » S. de Beauvoir
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 HAZEL → L'amour tue plus de personnes en une année qu'une bête cigarette...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hazel Anderson
Administrateur
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: HAZEL → L'amour tue plus de personnes en une année qu'une bête cigarette...   Dim 15 Mar 2015 - 15:30




Hazel Z. T. A. Anderson
« Just smile and say you R fine, 'cause nobody really cares anyway »



who i am

Bonjour! Je m'appelle Hazel mais mes amis me surnomment Haz'. Je suis né à Los Angeles le 13 Mai 1991 et de ce fait j'ai donc 23 ans. Côté coeur, je suis célibataire, sachant que mon orientation sexuelle est homosexuel. Je suis un personne intelligente, créative, honnête, fidèle ; mais aussi naïve, introvertie, destructrice envers elle-même, solitaire...


this my story


Il faut que je parle de moi, c'est ça ? Je n'aime pas ça vous savez. Je trouve l'idée de parler de soi un peu prétentieuse, comme si tu étais meilleur que les autres et tout, vous voyez ? Mais bon, puisqu'il le faut, alors je vais commencer par le début de mon histoire sinon vous allez vous perdre ! Je suis né par erreur à Los Angeles. A la base, je devais naître à Rio de Janeiro, la ville où mes parents ont grandi, se sont mariés et ont emménagé ensemble. Mais, visiblement, j'étais pressé d'affronter le monde. J'imagine bien un enfant sortir du ventre de sa mère en mode Superhéros. Si ça existait, je serais né comme ça je crois ! J'étais un bon gros bébé de presque quatre kilogrammes, imaginez l'engin de guerre et les souffrances de ma pauvre maman... Ce jour-là, mon père en a pris pour son grade avec tout un flot d'insultes et de coups mais, jamais, Ô grand jamais, il n'a cessé de la soutenir, de lui dire je t'aime et de lui sourire. Mon père, ce héros. Il est avocat vous voyez et il en a sauvé des gens innocents ! Ma mère, quand à elle, elle est mannequin. Elle est belle ma mère et moi aussi ! Bref... Le seul hic c'est mon prénom. Je le trouve trop improbable et il ne correspond pas à mon caractère.

J'ai grandi dans la joie et les cadeaux. Oui, les cadeaux. Ma famille est très proche voyez-vous, et quand on se voit, on s'offre un petit quelque chose. Peu nous importe si le cadeau est cher ou pas, c'est juste le geste qui compte. Certaines mauvaises langues disent que nous sommes dépensiers. Pour moi, ce ne sont que des jaloux, des gens tristes qui ne sont pas proches de leurs familles.

Revenons-en à notre mouton : moi. Quand je suis rentré à l'école, il y avait tout un tas de parents qui glissaient à l'oreille de leur enfant, qu'il fallait être mon ami, que c'était très important. Alors, quand j'ai vu tous les enfants venir, je n'ai pas vraiment compris. Mais j'étais content. Puis les années ont passé et je me suis rendu compte que leur amitié d'enfant, n'était que le reflet de la jalousie des parents. Pourquoi ? Parce que les Anderson sont une famille extrêmement influente dans le monde des affaires alors, quand on ne peut pas atteindre le haut du pallier, on commence vicieusement en bas, par un côté plus fragile, soit un enfant qui veut des copains.

Les années collège sont arrivées bien vite et mes parents ont jugé bon de me mettre dans un pensionnat de garçons... Pour moi, c'était une punition et puis j'ai rencontré mon colocataire de chambre. C'était sa dernière année et il m'a fait découvrir le... une certaine chose que je ne citerais pas ici. Le problème c'est que j'en suis tombé amoureux alors que lui, il voulait simplement s'amuser. Bien sûr, il s'est bien gardé de me le dire, utilisant mon amour pour son propre intérêt. On me le disait mais moi, je pensais que les gens le faisait parce qu'ils l'aimaient aussi. Quand j'ai su la vérité, j'ai été anéanti. J'ai voulu en finir plus d'une fois et parfois, je l'avoue, l'idée me traverse encore l'esprit. J'ai eu tellement mal que rien ne semble pouvoir panser cette blessure profonde...

Le lycée, probablement la période de mes pires souvenirs. De nouvelles blessures, autant physiques que psychologiques. J'étais le petit dépressif de la classe, celui à qui on peut faire les pires crasses sans qu'il ne bronche. Je ne compte même plus les séjours que j'ai passé à l'hôpital. Pratiquement la moitié de ma scolarité. Et pourtant, quand on regarde mes bulletins de notes, hormis les absences, j'étais le meilleur de ma classe à chaque niveau. Jalousie ou violence gratuite ? Je n'en sais rien...

Aujourd'hui, quand je fais le bilan de ma vie, je me dis qu'elle aurait dû être meilleure. Parfois, tu as cette impression qu'une force supérieure s'acharne sur toi. Peut-être que ma gueule ne lui revient pas à cette force supérieure... Bien sûr, j'ai une vie de rêve comparé à d'autres personnes mais, vous croyez vraiment que j'en suis heureux ? Alors oui, vous pouvez bien dire que je suis un sale ingrat et tout ce que vous voulez mais, essayez deux minutes de me comprendre avant de me juger, sauf si c'est bien trop dur pour vous parce que votre jalousie maladive vous dit de me haïr...




behind the screen

Prénom • Audrey
Pseudo • xLadybird
Avatar • Francisco Lachowski
PV • Non
DC • Non

FICHE PAR ROMANE

Revenir en haut Aller en bas
 
HAZEL → L'amour tue plus de personnes en une année qu'une bête cigarette...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amour est une fumée faite de la vapeur des soupirs ♦ Hélène & Lilieth
» Mon premier amour, ma douche (ou Les aventures de la douche de Devon)
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» Dix millions de personnes paient l’irresponsabilité de ceux qui gouvernent en Ha
» la faim plus fort que l'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apprends moi à vivre :: New York City ~ :: Votre personnage ~ :: Hello New Yorkers !-
Sauter vers: